Frère André
Écrit pour l'Oratoire St-Joseph, Triduum, août 95

Tu étais de ceux-là
Pour qui nulle frontière
Ne cachait l'au-delà
Du regard de la terre
Il n'existait pour toi
Qu'un voile de prière
Entre Dieu et ta foi,
Entre un fils et un Père.

Joseph était vraiment
Cet homme d'espérance
A qui le plus souvent
Tu confiais nos souffrances
Et tu disais aux gens
Mais faites-lui confiance
Car il sait bien
Toucher la providence

Simple,
Pauvre,
Humble Frère,
Coeur d'apôtre
Pour le Royaume!
Simple,
Pauvre,
Frère André,
Dans ta prière
Prends les nôtres!

Tu lisais dans les coeurs,
Comme on lit dans un livre,
Les doutes et les pleurs
Qui n'osaient pas se dire,
Et quand tes yeux rieurs
Allaient jusqu'à prédire…
Tu dénouais les peurs
D'un aimable sourire.

On venait de partout
Des villes, des campagnes,
Vers l'humble rendez-vous
Là-haut sur la montagne.
Sans cesse auprès de nous,
Ta foi nous accompagne,
Bienheureux de chez-nous
Dont l'Église témoigne.

Untitled Document